Paraskevidékatriaphobie

Posté par aloha le 13 septembre 2013

 

L’explication la plus répandue à partir de la peur du vendredi 13 est issue du christianisme : le repas de la Cène aurait réuni 13 convives, le 13ème étant le traître Judas qui envoya le Christ à son supplice. La crucifixion ayant eu lieu un vendredi…

Mais ce chiffre 13 considéré comme néfaste apparaît dans de nombreux mythes, religions ou systèmes symboliques. Le 12 étant considéré comme le chiffre de l’accomplissement, du cycle parfait (12 mois, 12 heures, 12 signes du zodiaque, 12 dieux de l’Olympe…), le 13 viendrait briser cette perfection en introduisant le désordre.

Mem, la treizième lettre de l’alphabet hébreu, est la première lettre du mot « met » (מת) qui signifie mort.

Il en va de même du Tarot, où la treizième arcane représente un squelette en train de faucher. Dans la symbolique du Tarot de Marseille le 13 peut signifier chasser les anciens schémas pour repartir sur de nouvelles bases, ce qui peut être interprété comme une renaissance.

Le nombre 13 représente aussi le nombre de lunaisons (et, selon certains, de cycles menstruels) dans une année.

Les calendriers mayas et aztèques comportaient vingt mois à treize jours : ces sociétés ont disparu des suites de l’invasion espagnole du 16e siècle.

 La peur du vendredi 13 s’appelle la paraskevidékatriaphobie !

Publié dans Société | 3 Commentaires »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus