Jean

Posté par aloha le 23 août 2015

 

Extrait reportage Jean D’Ormesson

Quand il fait beau on n’a pas besoin de porter des chaussettes…

 

- Qu’est ce que cela fait d’être canonisé de son vivant?

- C’est plus une leçon de modestie plutôt qu’une leçon d orgueil

- Votre mère vous avait dit « Ne parle pas de toi, ne te fais pas remarquer. »

- Oui elle m’a laissé 3 préceptes en mourant, ne parle pas de toi, ne te fais pas remarquer, toute lettre mérite réponse (et ça c’est dur maintenant , je reçois pas mal de courrier)

je sais très bien que cette vie est plutôt triste,  qu’elle est difficile, que le monde a toujours été plutôt cruel. Vous souvent on dit « ah la vie est difficile aujourd’hui, elle a toujours était difficile, vous savez une formule que j’ai complétement abandonné » c’était mieux avant  » non ca n’était pas mieux avant. C’était peut-être pire avant. je me rappelle quand j’avais 15 ans, 14 ans, 13 ans, on avait le choix entre Hitler ou Staline. Alors on me dit aujourd’hui il n’y avait qu’a ne pas choisir. On ne pouvait pas ne pas choisir. Il fallait choisir. Je dois vous dire, que moi, porté par ma famille, j’ai choisi Staline contre Hitler. j’ ai des amis qui ont choisi Hitler contre Staline. Ils ont été fusillés, ils ont perdu la vie ca était un drame épouvantable.

Je me rappelle j’avais un ami qui m’avait dit: « Tu ne seras jamais un grand écrivain car tu n’as pas été assez malheureux. Et ca ca m’avait fait un coup terrible…

Je sais donc que la vie est triste, que la vie est difficile.

J’ai eu ma part de souffrance. On m’a dit « qu’est ce que tu as appris quand tu as été malade? » Je dirais que j’ai appris deux choses: tout d’abord que le système médical français est merveilleux. La deuxième chose c’est que j’ai appris que les gens étaient très malheureux. Je n’étais pas bien, vous savez j’ai passé plusieurs mois à l’hôpital, je crois que le médecin avait dit à ma femme il a une chance sur 5 de s’en tirer. Enfin je m’en suis tiré mais beaucoup ne s’en tire pas et moi je suis sorti de l’hôpital peut-être avec quelque chose que les communistes appellent solidarité, que les bouddhistes appellent la compassion, que les chrétiens appellent la charité et c’est aussi une des leçons de mes parents « ne pense pas qu’à toi ».

- Certains disent « Il a le courage du bonheur » .

- Les francais ont un peu changé. Ils sont devenus ce que disait Cocteau. Cocteau disait « un francais c’est un italien de mauvaise humeur ».

C’est comme un écrivain que j’aime beaucoup, comme Cioran. Cioran était horriblement pessimiste. Il a eu un merveilleux scoop « Les enfants que je n’ai pas eu ne savent pas tout ce qu’ils me doivent. » C’est quand même merveilleux comme formule. Et bien je crois, contrairement à Cioran, que c’est une chance d’être né. C’est une chance. Mais bien sur il y a des gens qui se disent qu’ils auraient mieux fait de ne pas naître.

A mon âge quand on fête mon anniversaire, je sais que ca n’est pas une année de plus mais une année de moins. Mais évidemment ca ne me plonge pas dans le chagrin. Vous savez on meurt parce qu’on est né. A partir du moment ou vous naissez vous passez une espèce de contrat avec la mort . Si vous êtes né vous mourrez ca fait partie de la vie donc je crois qu’il faut vraiment l’accepter avec sérénité.

- Même la mort ne vous fait pas peur ?

- Non franchement non. Peut être j’ai été tellement curieux dans ma vie que je suis assez curieux de savoir ce qu’il va se passer. S’il y a un dieu, ca c’est merveilleux. Les chrétiens, les musulmans, les juifs ont beaucoup de chance. ils se disent qu’ils vont mourir. Mon arrière grand-père et mon arrière grand-mère surtout attendaient la mort avec impatience, c’était un honneur de mourir puisqu’on savait qu’il y avait Dieu.

- Vous  êtes agnostique?

- bien sûr

- Mais vous refusez l’idée que Dieu n’existe pas?

- Je me suis souvent présenté comme un catholique agnostique. Vous savez j’ai lu un peu Mère Teresa. Et ce qu’il y a de plus intéressant chez Mère Teresa c’est qu’elle n’a jamais cessé de douter. Alors si Mère Teresa doutait qu’est ce que je fais moi? Evidemment je doute. Je crois que c’est un philosophe espagnol qui s’appelle Unamuno qui disait « Peut-être que croire en Dieu c’est tout simplement espérer qu’il existe » et bien j’espère qu’il existe.

Vous savez pourquoi? Parce que s’il n’existe pas la vie est quand même trop dure. Que ce soient toujours les mêmes qui gagnent, que ce soient toujours ceux qui soient les plus brutaux les plus dissimulés ou les plus habiles qui l’emportent sur les plus honnêtes et les plus modestes, si vraiment c’est ça la vie c’est vraiment dur. Alors il vaut mieux espérer qu’il y ait quelque chose.

- Vous êtes immortel depuis 1974..

- Paul Valery disait « L’académie est composée des plus habiles des gens sans talent et des plus naïfs des jeunes talents. »

L’immortalité académique c’est une blague.

On avait demandé à Gaston Gallimard « Qu’est ce que vous avez aimé dans la vie? » Et il avait répondu dans l’ordre « Les bains de mer, les femmes, les livres. » Et bien je répondrai comme lui :

Les femmes, les bains de mer, les livres.

sans-titre

Publié dans Trait d'union | Pas de Commentaire »

Jean’

Posté par aloha le 16 août 2013

 

« L'éternité, c'est ce qu'il y a de plus fragile, c'est du papier.
 Qu'est-ce qui reste de tout le passé ? 
Non pas les idées, parce qu'elles s'envolent, mais des mots écrits. »


« Il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien.
 Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde. »


« Il y a de l'esprit ailleurs que dans la pensée des hommes. »


La vie est courte mais il y a quelques longueurs..

 Jean d'Ormesson

Publié dans Citations | Pas de Commentaire »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus